Présentation de LABIOGENE, Centre d’Excellence UEMOA


La mission de LABIOGENE

La mission de LABIOGENE est de contribuer efficacement au développement scientifique notamment en sciences biomédicales au Burkina Faso et en Afrique de l’Ouest. En effet, les travaux réalisés par LABIOGENE ont permis d’accomplir de grands progrès dans le domaine du diagnostic, des maladies génétiques (notamment les cancers du sein, de la prostate, de foie, du col de l’utérus, etc.), les médicaments, l’aide à la justice grâce aux empruntes génétiques et tests de paternité.
LABIOGENE a pour objectifs spécifiques de :

- offrir une formation universitaire de qualité en Biologie moléculaire et en génétique ;

- réaliser avec les étudiants, les doctorants et les jeunes chercheurs, des recherches pertinentes et innovantes en sciences biomédicales ; 

- développer la recherche en santé dans le but de lutter efficacement contre les cancers pour la promotion du mieux-être de la population ;

- offrir un pôle d’excellence du savoir en biologie moléculaire et en génétique à la sous-région.


Le Laboratoire de Biologie moléculaire et de Génétique (LABIOGENE) est :
- un Centre d’Excellence UEMOA,
- le Laboratoire Nationale de Référence de Lutte contre les Papillomavirus Humains (
LNR-HPV) au Burkina Faso.


LABIOGENE est un laboratoire de recherche de l’Ecole Doctorale Sciences et Technologies, de l’Université Ouaga I Pr Joseph KI-ZERBO. LABIOGENE est dirigé par le Professeur Jacques SIMPORE.


Le CERBA/LABIOGENE, avec ses collaborateurs, a contribué à :

1 - explorer le mécanisme de protection contre Plasmodium falciparum chez les personnes ayant une Hémoglobine S et C (Modiano et al., 2001, Simpore et al., 2002 ; Verra et al., 2007 ; Cyrklaff et al., 2011 ; 2016 ; Fröhlich et al., 2019) ;

2 - déterminer l’Hétérogénéité moléculaire de la carence en glucose-6-phosphate déshydrogénase au Burkina Faso (Simpore et al., 2007 ; Ouattara et al., 2015 ; 2016) ;

3 - développer le programme pour la prévention de la transmission mère-enfant du VIH et déterminé les résistances du VIH aux anti-rétroviraux (Nadembega et al., 2006 ; Simpore et al., 2007 ; Kagone et al., 2011 ; Linguissi et al., 2012 ; Sagna et al., 2015 ; Soubeiga et al., 2015) ;

4 - étudier les polymorphismes des gènes CCΔ5D32, APOBEC3G, DC-SIGN, HLAB*57, KIR qui confèrent des résistances contre l’infection par le VIH (Kagone et al., 2014 ; Compaore et al., 2016 ; Compaoré et al., 2018 ; Sorgho et al., 2018) ;

5 - caractériser le Papillomavirus Humain (HPV) qui induit le cancer du col utérin (Sagna et al., 2010 ; Djigma et al., 2011 ; Ouedraogo et al., 2015 ; Zohoncon et al., 2016 ; Traoré et al., 2016 ; Ilboudo et al., 2019) ;

6 - réaliser le génotypage des rotavirus, des souches astrovirus et norovirus qui provoquent les gastro-entérites pédiatriques au Burkina Faso (Simpore et al., 2009 ; Nordgren et al., 2012 ; Nordgren et al., 2013 ; Phan et al., 2014 ; Nordgren et al., 2015) ;

7. « génotyper » les rotavirus, les souches d’astrovirus, de norovirus qui provoquent les gastro-entérites pédiatriques au BF (Simpore et al., 2009 ; Nordgren et al., 2012 ; Nordgren et al., 2013 ; Phan et al., 2014 ; Nordgren et al., 2015)

8 - caractériser par PCR en temps réel/séquençage, le VHC et le VHB circulants au Burkina Faso (Simpore et al., 2005 ; Zeba et al., 2012 ; Candotti et al., 2016 ; Yelemkoure et al., 2018 ; Assih et al., 2018 ; Yooda et al., 2019) ;

9 - découvrir pour la première fois en Afrique la bactérie Chryseobacterium indologenes (Zeba et al., 2009) ;

10 - identifier certains polymorphismes et mutations des gènes BRCA1 et BRCA2 (Bambara et al., 2017 ; Zoure et al., 2018 ; Sagna et al., 2019 ), GSTM et GSTT (Tiendrebeogo et al., 2019) qui induisent le cancer du sein chez la femme au Burkina Faso ;

11 - déterminer certains polymorphismes géniques qui prédisposent au développement d’hypertension essentielle (Tchelougou et al., 2015 ;Sombie et al., 2019 ; Sombie et al., 2020) ; 

12 - identifier la composition chimique, antioxydant, anti-inflammatoires et anti-prolifératives des huiles essentielles de plantes du Burkina Faso (Bayala et al., 2014 ; Bayala et al., 2018).
Axes de recherche de LABIOGENE :


1– La recherche fondamentale, les sciences du génome et les maladies génétiques  :


LABIOGENE se penche sur des pathologies génétiques telles que les hémoglobinopathies (drépanocytose), l’ostéoporose, la déficience en glucose-6-phosphate déshydrogénase, les gènes qui induisent le cancer du sein (BRCA1 et BRCA2), les gènes qui gouvernent le métabolisme de l’homocystéine (MTHFR, la cystathionine beta synthétase…) ; les marqueurs de résistances géniques ; la résistance des agents infectieux aux médicaments (il s’agit surtout de la résistance des bactéries aux antibiotiques et du VIH aux ARV) ; le diagnostic moléculaire des pathologies émergentes ; la caractérisation du VIH-1, du HPV, du VHC , du VHB, du VHG et la recherche de vaccins ; les empreintes génétiques.


2 – La mise en valeur de la médecine traditionnelle et identification des composants actifs des produits naturels


LABIOGENE travaille sur des recettes traditionnelles fournies par les tradipraticiens de la place. En effet, l’équipe recueille des recettes, les teste pour leur innocuité et leur activité biologique.
Les principaux essais biologiques réalisés dans le centre sont : Les activités antiprolifératives sur les cellules cancéreuses (de la prostate, du sein, du cerveau, du colon et du poumon) ; les activités antibactériennes et antifongiques ; les activités antiplasmodiales ; les tests anthelminthiques ; les activités anti-inflammatoires...



3 - La recherche clinique sur des pathologies virales, bactériennes, parasitaires et génétiques (Cancer du sein, de la prostate, du col de l’utérus, du foie)
 

Les Objectifs de LABIOGENE, Centre d’excellence UEMOA
  1.  Initier des jeunes Étudiants à la recherche en Biologie moléculaire et Génétique ;
  2.  Former des Étudiants en Master I et Master II en Biologie et Génétique moléculaires appliquées ;
  3.  Diriger des thèses de Doctorat unique (PhD) ;
  4.  Soutenir la recherche des Post Doc ;
  5.  Préparer des jeunes aux techniques de la Biologie Moléculaire (diagnostic moléculaire, recherche biomoléculaire) en vue de leur insertion dans les structures hospitalières, dans les Centres de recherche et dans les universités ;
  6.  Stimuler les jeunes enseignants, à travers la recherche, afin qu’ils puissent évoluer dans leur carrière académique au CAMES, dans les grades de Maître-assistant ; Maître de conférences ; Professeur Titulaire.
  7.  Publier les résultats des recherches dans des revues scientifiques indexées à comité de lecture.


Université Joseph KI-ZERBO : Soutenance de quatre thèses de doctorat unique (...)

Appel à candidatures pour inscription en Master de Biologie Moléculaire et de (...)

Appel à candidature pour le recrutement d’experts, animateurs d’ateliers de (...)

Code d’Ethique et de Déontologie des Enseignants-chercheurs du Burkina (...)

Copyright LaBioGene 2013 - 2014