Prévalence des hémoglobinopathies HbS et HbC au Burkina Faso


SIMPORE Jacques, NIKIEMA Jean-Baptiste, SAWADOGO Luc, PIGNATELLI Salvatore, BLOT Isa, BERE Augustin, BARLATI Sergio et MUSUMECI Salvatore ;
Burkina Médical, 2003 ; Vol. 6, N 1, p.99-107.

RESUME

Nous avons voulu étudier l’importance des hémoglobinopathies au Burkina Faso, pays qui a la spécificité d’associer à la mutation S de l’hémoglobine (Hb), la mutation C avec une grande fréquence puisqu’elle a son origine parmi les Mossi, ethnie majoritaire dans le pays.
Une électrophorèse de l’Hb sur acétate de cellulose en pH alcalin a été pratiquée chez 38.932 enfants de plus de deux ans, dont 10.166 enfants se présentant au Centre Médical Saint Camille (CMSC), 23.050 prélevés au niveau de 45 établissements scolaires de Ouagadougou et 5.176 prélevés dans 13 villages proche de Ouagadougou. Les populations étudiées à Ouagadougou représentant un mélange des diverses ethnies du pays alors que celles étudiées dans les villages sont essentiellement Mossi.
Parmi les enfants prélevés dans leur milieu (écoles et villages), 30,1% présentent une mutation de la chaîne de l’hémoglobine. Il s’agit d’une mutation beta S dans 9,5% dans cas, de mutation beta C dans 21,8% et 1,2% associent les deux mutations. Les hétérozygotes AS sont beaucoup plus fréquents à Ouagadougou (12,3% au CMSC et 8,4% dans les écoles) que dans les villages Mossi (6,9%). Par contre les hétérozygotes AC sont répartis avec la même fréquence dans les trois milieux (19,2 à 19,3%). Il y a une sur-représentation des SDM (Syndrome drépanocytaire majeur) au CMSC (8,4% dont 1,9% de SS et 6,5¨% de SC) prouvant la surconsommation médicale des ces enfants, mais alors que la prévalence des SC ne varie pas avec l’âge, il y a une diminution importe des SS qui passe de 3,5% entre 2 à 9 ans à 0,9% entre 16 et 25 ans. Au contraire dans les écoles, il y a sous-représentassions des SDM (1,4%) et en particulier des SS (˂0,1%) montrant soit un absentéisme, soit une disparition avant l’âge scolaire.
Près de 30% de la population burkinabè présente une mutation de la chaîne de l’Hb plus souvent de type C que S et surtout 1,4% des cas étudiants dans les écoles et les villages présentaient un SDM responsable d’une surconsommation médicale, d’une mortalité précoce et d’un absentéisme scolaire. Il s’avère donc souhaitable de réfléchir à une stratégie nationale de lutte contre la drépanocytose.



Mots-clés : drépanocytose, HbC, HbS, Burkina Faso.



Appel à candidature pour le recrutement d’experts, animateurs d’ateliers de (...)

Code d’Ethique et de Déontologie des Enseignants-chercheurs du Burkina (...)

Copyright LaBioGene 2013 - 2014