[2004] Photodegradation des acides nucléiques par le n,n’ 2,7-dimethyldiazapyrenium (mdap2+), et le 2,2’ [methylene-di-(1,4-phenylenemethylene-diyl)]- bis-(7-n methyl)-2,7-diazapyrenium (bis-dap4+).

Résumé
Le MDAP2+ et le bis-DAP4+, molécules dérivées du noyau pyrène, sont des composés aromatiques ayant des caractéristiques spectrales dignes d’intérêt. Ces olécules interagissent très fortement avec les acides nucléiques en simple et en double brin. Ils possèdent de plus, la ropriété de dérouler l’ADN surenroulé en s’intercalant dans la ouble hélice. Lorsque les acides nucléiques sont irradiés (λ > 300 nm) en présence de ces deux composés, on observe à la fois une coupure du squelette phosphodiester et une oxydation des bases nucléiques. La guanine est de loin la base la plus touchée. Un des mécanismes possibles de l’oxydation des bases par le MDAP2+ et le bis-DAP4+ est le transfert d’un électron des bases vers le noyau diazapyrène pour générer un radical cation MDAP+.. Ce radical cation peut réagir soit directement sur les bases, soit avec l’oxygène moléculaire pour générer l’anion superoxyde O2 -.. L’évolution de cet anion superoxyde conduit à la production dans le milieu réactionnel du radical hydroxyle OH.. Ce radical en arrachant un atome d’hydrogène sur le carbone C2’ du sucre conduit à une coupure du squelette phosphodiester des acides nucléiques. Ces molécules



Appel à candidature pour inscription en Master 1 BIOGEMA 2015-2016

Copyright LaBioGene 2013 - 2014